Le modélisme et ma famille

(Origine de ma passion pour le modélisme ferroviaire)

Henri et Octave Vercez Mon père déjà, dans les années 47-50, faisait des modèles réduits en laiton (qu'il n'a jamais finis).
Lorsque nous étions enfants, il nous avait monté sur une plaque de contre-plaqué deux voies parallèles, avec le BV (bâtiment voyageur) de Jouef, deux quais couverts (Jouef) en face, une bifurcation vers la halle marchande (Jouef) et un quai marchandise couvert (Jouef).

Les voies s'arrêtaient en bout de plaque, et là, nous y raccordions nos rails, à notre guise, sur le sol pour faire circuler les tains.

Ce principe était génial: une gare fonctionnelle bien câblée, avec deux transfos (Jouef) attachés;
pour le reste, nous laissions libre cours à notre imagination.

Tous ces éléments ont retrouvé une place sur le réseau que vous pouvez voir sur ce site. Vers douze-quinze ans, je rêvais d'un vrai réseau. J'ai fait le hamster, comme disent les modélistes, c'est-à-dire que j'emmagasinais du matériel pour le réseau imaginé. Puis le temps passe, le rêve trépasse...

Piqûre de rappel

Lorsque j'exerçais mon métier d'éducateur spécialisé, il arrivait que les enfants de la maison d'enfants viennent chez-moi.
Là, ils ont trouvé la caisse avec les trains...on les a mis par terre, ça marchait mal...
Alors je leur ai promis de monter un petit réseau sur table, ce que j'ai fait.
Il trônait au milieu de la pièce, en boucle.
Quel plaisir! Puis, je me suis marié, la place manquait, alors le petit réseau est parti aux oubliettes.

Entre-temps, mon père, par contre, a réalisé un petit réseau Z.

Une belle-famille branchée.

Georges Pelé et Stéphane Vercez Mon épouse avait un père ferrovipathe de longue date.
Inutile de vous dire que mon beau-père et moi-même avons partagé de bons moments.

Lui aussi faisait le hamster, mais il avait commencé à ébaucher un réseau prometteur, qu'il n'aura pu réaliser, cause décès. Et c'est ici que commence l'histoire du réseau que vous pouvez visiter sur ce site.

Un réseau dédié à Georges Pelé.

Comment mieux faire honneur à cet homme qui nous a fait rêver, et nous a légué une quantité formidable de matériel, sinon en nommant la gare à l'aide de son nom:
Elle porte une belle plaque où l'on peut lire :
St Georges du Pelé.
Lorsque nous nous sommes retrouvés avec tout ce matériel et une petite somme d'argent, nous avons décidé de mettre à exécution le rêve du papi, en construisant le réseau dont il rêvait, sur le thème du dépôt de locomotives à vapeur, avec atelier et tout ce qu'il faut.

Il m'avait bien "aiguillé" de son vivant, m'offrant entre autre le hors-série "le dépôt vapeur" de loco-revue, et ses explications.

Avec cela, et la lecture des revues, j'ai fait de mon mieux pour que la réalisation soit crédible.
Mais je me refuse à sombrer dans l'hyper-réalisme. J'aime-mieux suggérer une atmosphère.
Pour cela, il reste encore beaucoup à faire dans la mise en scène détaillée, la végétation...

Mon beau-père voulait faire un grand dépôt de ville importante, avec une navette entre la ville et le dépôt.

J'ai préféré faire un petit dépôt rural, vu la place dont je dispose, et le budget qui pourra être alloué à cette activité.
Faire de la campagne est meilleur marché que créer une ville.

Encore que...

Je ferai une petite ville médiévale sur la hauteur. Elle est déjà ébauchée en polystyrène.
Je ferai les maisons en blocs de polystyrènes enduits et gravés.
J'apposerai des images réduites à l'aide de l'ordinateur pour les façades,
devantures de magasins anciens, avec des cartes postales.

Voilà l'histoire.